Jacqueline Pasche 1a

Nom de naissance Jacqueline Pasche
Identifiant Gramps I1398
Genre féminin

Événements

Événement Date Lieu Description Sources
Baptême [E2195] 22. mai 1693 Saint Alban, Saint Alban Leysse, Savoie, Rhône Alpes, France   1b
Note sur l'événement

Parrain : Jean Vial
Marraine : Jacqueline Bouvier

Décès [E8517]        

Relation avec l'individu central (Didier Jacques Lebouc) : la tante lointaine par la 11ème génération

Parents

Relation avec la souche Nom Date de naissance Date de décès Relation dans la famille (si différent de la naissance)
Père Claude Pasche [I1207]6. septembre 16543. mai 1733
Mère Jeanne Chaperon [I1208]23. mars 1658
    La sœur (germaine)     Perette Pasche [I1213] 14. janvier 1684
    La sœur (germaine)     Loüise Pasche [I1209] 3. juin 1686
    Le frère (germain)     Gaspard Pasche [I1210] 19. avril 1689
    Le frère (germain)     Louis Pasche [I1199] 19. mai 1690 avant 1745
         Jacqueline Pasche [I1398] 22. mai 1693
    Le frère (germain)     Francois Pasche [I1397] 19. juin 1693
    Le frère (germain)     Michel Pasche [I1396] 29. juin 1694
    La sœur (germaine)     Francoise Pasche [I1394] 10. mars 1701

Anecdote

Bizarrerie : les baptêmes de Jacqueline et François Pasche sont pour le moins rapprochées (mai et juin de la même année) avec les mêmes parrain et marraine.

Anecdote

Naissance durant la crise dite des "années de misère".
En 1693-1694, sous le règne de Louis XIV, le froid et la famine sévissent sur le royaume : on compte de 1,6 million à 2 millions de victimes.
« Pour la première fois depuis plus de 30 ans, on revit le pain de fougère, le pain de gland, les moissons coupées en vert et les herbes bouillies » (P. Goubert). Pour faire face à la famine, le Parlement ordonne aux curés la rédaction d’un état des pauvres dans chaque paroisse et la prise en charge des miséreux par tous ceux qui peuvent le faire. En mai 1694, le setier de blé atteint le prix record de 52 livres. Le même mois, le Parlement ordonne trois jours de procession dans toutes les paroisses.
Les conséquences : à partir de 1694, accroissement de la mobilité, chute brutale des baptêmes avant une forte et rapide récupération de 1695 à 1707, mariages retardés, hausse des abandons d’enfants et multiplications des décès… parfois 25 % de la population d’une paroisse. Selon Marcel Lachiver, « En deux ans, il ne naît que 1 325 000 enfants, alors qu’il est mort 2 836 000 personnes. Le déficit dépasse les 1 511 000 âmes. En deux ans, (…) la population de la France passe de 22 247 000 habitants à 20 736 000 et diminue donc de 6,8 % ».
François Lebrun ajoute : « Le rapprochement avec les pertes de la Première Guerre mondiale n’a rien d’incongru : la crise de 1693-1694 a fait en deux ans presque autant de morts que celle-ci, mais dans une France deux fois moins peuplée et en deux ans au lieu de quatre ». Les condamnations aux galères pour vol passent de 254 à 401 en 1693-1694.
Dans beaucoup de provinces, les épidémies succèdent à la famine : la typhoïde, appelée fièvres putrides ou malignes, décime la population sous-alimentée.

[source http://www.histoire-genealogie.com/spip.php?article1630]

Arbre généalogique

  1. Claude Pasche [I1207]
    1. Jeanne Chaperon [I1208]
      1. Francois Pasche [I1397]
      2. Jacqueline Pasche
      3. Perette Pasche [I1213]
      4. Loüise Pasche [I1209]
      5. Gaspard Pasche [I1210]
      6. Louis Pasche [I1199]
      7. Michel Pasche [I1396]
      8. Francoise Pasche [I1394]

Ascendants

Références des sources

  1. Départements de Savoie et Haute-Savoie: Archives départementales de la Savoie [S0011]
      • Page : 104/122
      • Page : 104/122